Fil de navigation

 invalidité décès de l'IDEL

Pour l'infirmière libérale, l'invalidité et le décès sont prévus dans le régime des Praticiens et Auxiliaires Médicaux Conventionnés, via la caisse de retraite obligatoire : la CARPIMKO.

 
 

La protection sociale de l'infirmière libérale est plutôt précaire :

 
- Dans le cadre d'un arrêt de travail et en cas d'incapacité temporaire et totale médicalement reconnue, la caisse de retraite verse mensuellement aux infirmières et infirmiers libéraux une allocation journalière, mais seulement à compter du 91ième au 365ième jours d'arrêt de votre activité, soit un délai de carence de 3 mois !!!
 
 
Mais c'est impensable de cotiser pour un tel système de caisse autonome au vingt et unième siècle, et pourtant cela existe en toute légalité.
Il peut se rajouter également un complément pour le conjoint, l'enfant à charge ou une tierce personne dépendante.

 

- Vous êtes ide installé(e), cliquez ici si vous devez vous faire remplacer.

 

Voici le détail de ces prestations en 2017, qui sont par ailleurs imposables au titre des retraites, pensions et rentes viagères : pour l'invalidité, l'allocation journalière d'inaptitude à 49,17 €, la majoration pour conjoint, enfant, descendant ou infirme à charge à 8,94 € et la majoration journalière pour tierce personne à 17,88 €.

 

Toujours pour l'invalidité, et au-delà du 365ième jour, une rente invalidité prendra le relais, comme suit : la rente invalidité totale trimestrielle à 4470 €, le complément trimestriel pour conjoint, enfant, descendant ou infirme et tierce personne à 1341 € et enfin la rente invalidité partielle trimestrielle à 2235 €.

 

- Enfin en cas de décès : il existe la rente de survie trimestrielle à 2235 € (conjoint), et la rente éducation trimestrielle à 1676,25 € (enfant). 

 

Il y a aussi le versement du capital décès qui se décompose ainsi : au conjoint sans enfant à 17880 €, au conjoint avec un ou plusieurs enfants à charge à 26820 €, aux enfants ou descendants ou ascendants à charge (sans conjoint) à 8940 € et aux enfants ou descendants ou ascendants (sans ayant droit à charge) à 8940 €.

 

 

Voici un lien vers notre article qui établi un descriptif global de la protection sociale des infirmiers libéraux.

 

 

Pour info, depuis le 01/01/2015, les prestations du régime invalidité-décès peuvent être soumises aux 3 prélèvements sociaux obligatoires actuels : CSG, CRDS et CASA. Votre revenu fiscale de référence et votre nombre de part, vous indiquerons le montant de ce prélèvement supplémentaire : il existe 3 situations différentes possibles, qui vont de l'éxonération totale, de la CSG au taux réduit de 3,8% et la CRDS à 0,5%, jusqu'à la CSG au taux normal de 6,60% avec la CRDS toujours à 0,5% et en plus la CASA à 0,3%.

 

 

Vous pouvez tenter de compenser les énormes lacunes de ce régime obligatoire, en investissant dans un régime facultatif de protection sociale, via une assurance privée dans le cadre de la prévoyance en Loi Madelin et ses avantages en matière de défiscalisation.

 

 

Pour une protection convenable même minimale, l'infirmière et l'infirmier en libéral sont "obligés" de côtiser dans le cadre d'un régime complémentaire privé. Ce qui est totalement anormal, au regard des prélèvements sociaux obligatoires, et qui sont infligés aux IDEL.

Quand on parle de solidarité et d'égalité, pourquoi continuer à imposer le RSI (Régime Social des Indépendants) aux IDE en libéral ?

 

Juste un rappel pour information : depuis le 01/01/2014, en cas de grossesse difficile pour l'infirmière libérale , la C.P.A.M peut vous verser une indemnité journalière avec un délai de carence de 3 jours.

 

Sources : carpimko.fr et ameli.fr

Olivier Luck